Publié : 22 avril 2014

« Au secours de la Princesse »

0 vote

Le groupe de ROLL de Mme Ridel a inventé ce conte de fée pendant deux séances de ROLL.
Lisez attentivement cette histoire afin de répondre aux questions du quiz qui sera bientôt publié.

Il était une fois un prince beau de l’extérieur comme de l’intérieur : ses cheveux bruns bouclaient, ses yeux bleus éclairaient son visage. Il s’habillait élégamment. Ce prince était vaillant comme un lion, honnête et généreux avec son peuple. Il était marié à une princesse des plus belles et des plus douces.
Une nuit, un ogre vint enlever sa princesse, car il était jaloux de leur bonheur. Il souhaitait faire souffrir le prince et épouser celle-ci. L’ogre emmena la jeune femme dans les souterrains de son château, loin du royaume du prince.
Le prince se réveilla et découvrit que la princesse avait disparu. Il se rendit compte qu’une lettre était posée sur le lit. Il lut :
« Prince, votre épouse est désormais la mienne ! Vous ne la reverrez jamais. L’Ogre des Cavernes ». La lettre semblait avoir été écrite avec du sang.
Il enfila son armure, sauta sur son destrier et fila en direction du château de l’Ogre. Mais, à l’entrée de la demeure, un dragon patrouillait et dévorait les intrus. Le prince voulut s’introduire dans le palais, or la créature le vit et lui coupa la route. Elle cracha une boule de flammes, mais le prince l’esquiva. L’arrière-train du cheval prit feu, et l’animal sauta dans les douves pour l’éteindre. Le prince sortit son épée, et avec une tactique bien à lui, s’approcha du gardien pour lui transpercer le cœur.
Il courut sur le pont-levis qui venait de s’abaisser et explora le château à la recherche de sa femme. Tout à coup, il aperçut des traces de pas sur le sol qui menaient vers les souterrains. Il descendit avec courage. Il vit son épouse enchaînée à un mur, tandis que l’ogre dévorait une vache toute crue. Heureusement, le prince avait dans sa poche une poudre magique. Pendant que l’ogre était parti chercher son dessert, le prince en versa dans son verre ; cette poudre fit danser et rire l’ogre sans pouvoir s’arrêter. Le prince en profita pour délivrer la princesse.
Ils se prirent par la main et sortirent du château de l’ogre. Une fois dehors, le prince porta sa bien-aimée dans ses bras, en la serrant contre son cœur. Une fois rentrés au château, le prince donna une grande fête en l’honneur de sa femme, afin de lui prouver son amour. Ils vécurent alors heureux et eurent beaucoup d’enfants.

Océane, Amandine, Hugo, Nicolas, Lucille, Cloé, Erwan et madame Ridel

Post-scriptum

Tous droits réservés pour le collège Henri Matisse.