Par : Mme Bot
Publié : 8 février 2014

« Le Choeur » in Antigone - Jean Anouilh (3è)

24 votes

Le
Chœur

C’est
propre, la tragédie. C’est reposant, c’est sûr…
Dans le drame, avec ces traîtres, avec ces méchants
acharnés, cette innocence persécutée, ces
vengeurs, ces terre-neuve, ces lueurs d’espoir, cela devient
épouvantable de mourir, comme un accident. On aurait peut-être
pu le sauver, le bon jeune homme aurait peut-être pu arriver à
temps avec les gendarmes. Dans la tragédie, on est tranquille.
D’abord, on est entre soi. On est tous innocents, en somme !
[…] C’est reposant, la tragédie, parce qu’on
sait qu’il n’y a plus d’espoir, le sale espoir. […]
Dans le drame on se débat parce qu’on espère s’en
sortir. C’est ignoble, c’est utilitaire. Là, c’est
gratuit. C’est pour les rois. Et il n’y a plus rien à
tenter, enfin !

Jean
Anouilh, Antigone (1944)

Post-scriptum

Le Chœur est emprunté à la tragédie antique et devait exposer les opinions de l’auteur.

Ici, chez Anouilh, au contraire, son rôle premier est didactique, il intervient pour nous donner une définition très précise de la tragédie dans son opposition au drame qui admet la contingence.