Publié : 13 janvier
Format PDF {id_article}

Accompagner la lecture pour mettre en oeuvre un projet.

1 vote

1. Distribution du livre L’Aiguille Creuse, de Maurice Leblanc, qui est le premier de l’année, pour une lecture cursive. Les élèves sont peu familiers du genre policier en 4è, mais la classe est curieuse et ouverte.

2. Au bout de 15 jours, on fait un point d’étape, sous forme de travail en classe. C’est un schéma à remplir sur le livre, pour mettre en valeur les impressions de lecture, les points bloquants, et faire une liste de vocabulaire réutilisable plus tard.

3. On peut ensuite faire un retour ensemble, pour lever les ambiguïtés et accompagner la suite de la lecture. Ainsi, on peut scanner certaines copies, les projeter pour les commenter et les comparer. Cela peut relancer l’intérêt pour terminer la lecture du roman.

4. Une quinzaine de jours plus tard, on termine le schéma en le complétant d’une autre couleur. On voit surtout si les « horizons d’attente » sont confirmés, si les hypothèses de lecture étaient les bonnes.

5. Ce travail préparatoire est réinvesti dans une production finale, qui est l’enregistrement d’une fiction radiophonique. Comme point d’appui, on prend un extrait de « La Guerre des Mondes », enregistré par Radio France, afin de comprendre les mécanismes d’écriture, de lecture, d’enregistrement, et de montage audio. Ce travail sera envoyé sur l’ENT.

6. Les éléments dégagés par les élèves pour réussir une fiction radiophonique sont :

  1. L’utilisation de bruitages pour rendre la scène réaliste.
  2. On ne lit pas son texte, on peut faire semblant d’hésiter ou de parler en même temps que l’autre.
  3. Au sein du dialogue, il faut nommer les personnages, présenter le lieu et le moment, en donnant des détails qui donnent « à voir ».
  4. Il faut penser à donner un caractère aux personnages (grâce au ton, au vocabulaire employé, et la relation à l’autre.)
  5. Attention : il n’y a pas de narrateur, uniquement un dialogue, comme au théâtre.
  6. On peut favoriser l’expression des sentiments (peur…) en parlant plus ou moins vite, plus ou moins fort.